Une école en Wallonie interdit les “décolletés et blouses très courtes”

Une école en Wallonie fait polémique. Selon le quotidien la DH, la directrice a envoyé un courrier demandant aux parents de rhabiller leurs adolescentes pour les “protéger” d’agressions.

“Certaines arborent des décolletés ou des blouses très courtes qui attirent le regard des jeunes élèves masculins en plein maelstrom hormonal”, précise le mail. La direction dit craindre des agressions aux abords de l’école pour lesquelles “il sera trop tard” pour agir. Et “afin de prendre les devants, nous allons faire la chasse aux tenues inappropriées afin de les protéger”, assure la direction en prétendant vouloir agir pour le bien des jeunes filles.

Dans un premier temps, l’école compte prévenir, par la suite, il sera question d’agir en convoquant les parents ou même en interdisant l’accès à l’établissement.

Sur Bel RTL, Caroline Désir, la ministre de l’éducation en fédération Wallonie-Bruxelles, s’est exprimée sur cette polémique. “J’ai été très surprise en lisant ce mail. C’est malvenu de sa part surtout le jour de la journée internationale des droits des femmes. On va contacter l’école car ce n’est pas normal”, s’indigne-t-elle. Et d’ajouter: “Faire porter la responsabilité sur les jeunes filles n’est pas acceptable!”

“Il y a des contraintes vestimentaires bien sûr mais ici le message envoyé aux filles est que si elles portent une tenue trop décolletée qualifiée de provocante, elles ne doivent pas s’étonner si elles se font agresser. Je trouve que ça ne va pas du tout!”, explique-t-elle. “C’est vraiment un message qu’on aimerait ne plus voir dans les écoles. Ce n’est pas normal”, termine-t-elle.

Crédit photo: Zach Chase/picture alliance / Runway Manhat/Newscom/MaxPPP