Ces bruits vous font vivre un enfer : êtes-vous misophone ?

55 / 100

3 à 5% des belges souffrent de misophonie.

De simples reniflements, le bruit d’un emballage ou la mastication peuvent devenir un enfer chez certaines personnes.
Si c’est le cas; vous souffrez de misophonie.
Identifiée il y a seulement vingt ans, la maladie est encore méconnue. Certains scientifiques considèrent qu’il s’agit d’un trouble neurologique quand d’autres estiment qu’il s’agit d’un problème d’anxiété.
C’est un trouble dont souffriraient 3 à 5% des belges.

La misophonie n’est pas reconnue comme une maladie mais comme un trouble psychique pouvant entraîner des comportements asociaux: agacement, agressivité verbale, ou isolement, dans les cas les plus extrêmes.
Une étude publiée en 2017 des chercheurs de l’université de Newcastle avait fait remarquer que l’imagerie cérébrale des personnes atteintes de misophonie présente une anomalie dans le mécanisme de contrôle émotionnel, ce qui amène leur cerveau à réagir excessivement à l’écoute de ces sons.
Cette activité cérébrale serait liée à des connexions neurologiques différentes à partir du lobe frontal, ce qui entraîne une augmentation de la fréquence cardiaque et de la sudation.
Pour vivre avec ce trouble, cette même étude proposait des solutions thérapeutiques qui consistent  à identifier la signature cérébrale de ces sons déclencheurs puis tenter un traitement tel que le neuro-feedback. Cette technique consiste à utiliser un processus d’apprentissage pour entraîner le cerveau à modifier et à réguler son activité cérébrale.