L’Onu retire le cannabis des drogues les plus dangereuses

La Commission des stupéfiants des Nations Unies (CND) vient d’approuver la reclassification du cannabis et de sa résine dans les conventions internationales.

L’organe de l’ONU chargé d’établir la liste des drogues au vu du droit international a retiré le cannabis des drogues dangereuses. Jusqu’à présent, cette substance était classée parmi les drogues favorisent fortement l’abus et dont l’intérêt médical est faible voire nul.

Ce changement de direction date de 2019. À l’époque, l’OMS avait demandé de revoir la classification du cannabis car après de nombreuses études poussées, la communauté scientifique avait constaté qu’il représentait « un potentiel thérapeutique ».

Désormais, les laboratoires pharmaceutiques peuvent disposer du cannabis et de sa résine dans le processus de création des médicaments, comme c’est déjà le cas pour la morphine ou l’opium.

« C’est la première fois depuis 1916 que l’on reconnaît, au niveau international, l’intérêt thérapeutique du cannabis. Depuis plus d’un siècle, les conventions internationales sur les drogues maintenaient que ce produit était dangereux et sans intérêt médical. En 2020, l’ONU reconnaît le contraire » a déclaré Yann Bisiou, expert du droit de la drogue et maître de conférences à l’université Montpellier-III, dans les colonnes du journal Le Monde.